Corseul - Avranches

 

1-B

VOIE DE FANUM MARTIS (Corseul)

A LEGEDIA (Avranches)

LE CHEMIN DE L'ETRAT

 

     La voie de Corseul à Avranches quittait autrefois la cité de Corseul. Le début de son parcours est exactement recouvert par le tracé de l'actuelle D794 (ancienne voie de Corseul à Rennes).

     A la sortie du bourg, la voie croise le chemin de l'Hôtellerie et se continue encore pendant 500 m vers l'est. A l'intersection avec le chemin de la Tourandais, elle quitte la D794 pendant 1 km, la longe par la droite, recherchant les hauteurs. Elle passe à 300 m au nord du temple du Haut-Bécherel (1) et rejoint le village de Saint-Uniac. Puis la route actuelle reprend son tracé jusqu'à 100 m au sud de Coëtfinet. Là, quittant la grande route, elle suit la D68 pendant 400 m, s'en sépare à gauche par un chemin vicinal. Elle passe 200 m au sud de la Ville-Denis puis, pendant environ 2 km, c'est le GR de pays dit du Tour de Poudrouve. Sur le territoire de la commune de Quévert, d'est en ouest, elle passe juste au nord des fermes du Bois-Riou, de l'Auviais et de la Perlais. Ce chemin est connu sur l'ancien cadastre, sous le nom de Chemin de Letra (2). On peut ainsi la suivre jusqu'au Parc, aux Tailles, à la Grand-Ville et à Vildé   

la-voie-quevert-entre-bois-riou-et-l-auviais-2.jpg

Quévert - la voie vue du ciel entre le Bois Riou et l'Auviaie (Google Earth)     

coupe-chemin-etrat-quevert-1.jpg

cette coupe réalisée à Quévert montre une chaussée large de 3,70 m pour 0,50 m d'épaisseur.

Elle est composée de 3 strates successives encadrées de deux fossés.

Une couche de sable sur le sol vierge est recouverte d'un lit argileux

dans la partie supérieure duquel se trouvent des pierres importantes.

Cette dernière couche est recouverte d'un cailloutis.

     

     De Vildé, la voie passe par la Pichonnais, la Haye et elle suit la D12a pour rejoindre la Rance au lieu-dit l'Asile des Pêcheurs (3) en Taden, endroit où elle traversait le fleuve  Reginca à gué (4).

     Depuis Vildé, un second tracé un peu plus au nord nous interpelle. Peut-être s'agirait-il de la voie primitive avant la naissance de Taden. Ce tronçon de voie passe au nord de la Jaussais, entre Belle-Isle et la Bouhourdais, au Bourgneuf et elle traverse la Rance à la Vieuville, au sud de l'éperon du Châtelier. Pour témoignage de son ancienneté, à cet endroit, elle forme tout du long la limite des communes. 

Corseul avranches1

la voie, de Corseul à la Rance

 Revenons au premier tracé, plus au sud. Après la traversée à l'Asile du Pêcheur par un gué puis plus tard par un pont sans doute de bois, remplacé à son tour par un autre pont de pierre au Moyen Age, la voie rejoint la N2176 à Bel-Air, la suit approximativement par Saint-Piat, la Croix-aux-Frênes et la Ganterie. Elle longe le Bois du Rocher, en la Vicomté, où se trouve une allée couverte, peut-être la preuve de l'ancienneté du chemin. C'est à cet endroit qu'elle rejoint le tronçon n°2 qui est arrivé par la Vieuville et le Petit-Osier.

allee-couverte-bois-du-rocher-la-vicomte-voie-corseul-avranches.jpg

 l'allée couverte du Bois-Rocher

       Après le Bois du Rocher, deux possibilités s'offrent à nouveau :

     Un premier parcours, un peu plus au nord prend la direction NE, passe à l'Hôtellerie, à l'Hôpital, atteint la Madeleine et Mousson. Après Mousson, elle croise la voie romaine de Rennes à Alet dans le bois de la Touche Porée, elle continue est puis coupe l'actuelle N137,  300 m au nord du Vieux-Bourg de Miniac et rejoint le carrefour de la D118.

     Le second tracé longe la N2176 tantôt par la droite (limite de communes de la Vicomté et de Saint-Hélen) tantôt par la gauche (depuis Launay-Mousson jusqu'au Val-Hervelin. Elle reprend la D676 à Lourmel, passe au nord de Saint-Grégoire (nous entrons en Ille-et-Vilaine) et, après avoir coupé la N137 (également voie romaine) de Rennes à Saint-Malo, rejoint le Vieux-Bourg de Miniac-Morvan. les deux tronçons se rejoignent ensuite.

Corseul avranches2la voie, de la Rance au Vieux Bourg de Miniac

     Pour avoir la suite du tracé de la voie dans le département de l'Ille-et-Vilaine, utiliser le lien vers le site "Les voies romaines en Ille-et-Vilaine" du même auteur.

 

TOPONYMIE

Le Châtelier, au-dessus du gué de la Rance, évoque les forts destinés à protéger les voies.

L'Hôtellerie, l'Hôpital sont des jalons indiquant des chemins anciens. Ils évoquent les lieux d'accueil, d'hospitalité pour les voyageurs.

Bourneuf, le Vieux-Bourg

RENVOIS :

(1) Au lieu le Haut-Bécherel, le temple de Mars a donné son nom à la Civitas des Coriosolites : Fanum Martis.

(2) Le chemin de l'Etrat. Les voies partant de Corseul portent toutes le nom de chemin de l'Etra ou Etrat (voir dans ce mot la toponymie via strata : la voie pavée, ou en tous cas pierrée, cailloutée). Il existe de nombreux chemins de l'Etrat à travers la France.

(3) Taden, vicus routier et portuaire sur la rive gauche de la Rance, Loïc Langouët - Dossiers du CERAA - 1985.

(4) En 1850, Bachelot de la Pilaye disait que le pavage du gué était encore visible au début du 19ème siècle.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site