Eléments de toponymie

 

TOPONYMIE DES VOIES 

 

     En plus des traces matérielles de la voie et des monuments qui la bordent, l'origine des noms de villages et de lieux-dits a aussi son importance. De nombreux lieux ont conservé le souvenir des voies dans l'écriture de leurs noms.

     Sur la carte, on trouve très rarement l’appellation voie romaine, mais plutôt Chemin des RomainsChemin Romiou qui sont d’origine plus populaire. Le mot chemin et toutes ses déformations, en particulier l’appellation Grand Chemin, désignent souvent des voies romaines.

     Il faut aussi noter tous les noms en VoieVoie AntiqueVia Vieille, la Voie. Pour les routes comme pour les camps, le nom de César est devenu synonyme de romain, voire même d’antique. Il ne faudra donc pas non plus négliger ce nom.

    Aux voies, sont également liés des évènements militaires : la Bataille, la Rencontre, l'Assautle Chemin des Anglais, sont autant de noms historiques, et les armées en présence sont obligatoirement arrivées par une route.

     Le folklore a aussi sa place avec le Chemin des Fées ou le Chemin de Merlin, le Chemin du Diable, le Chemin de la Reine, le Chemin de la Pie ou de la Chèvre, et en Breton Hent Ahès.

     Mais c’est surtout l’histoire qui nous rappelle les voies. Ainsi le Chemin Chasles évoque Charlemagne dans la voie romaine de Jublains à Corseul. On trouve aussi des chemins de la Duchesse Anne, de la Reine ou de la Reine Anne.

     De nombreux noms évoquent l’aspect de la voie. A cause de leurs remblais, les routes sont souvent nommées la levée. On trouve aussi des noms comme le Chemin Levé, le Chemin Haussé, le Haut-Chemin. Hent meur est le grand chemin en basse Bretagne.

     On trouve souvent ces noms sur les anciens cadastres. Ils correspondent à des localités et de lieux encore existants de nos jours. Le dallage, le pavage, ou en tous cas un fort empierrement, sont parmi les caractères les plus frappants des voies romaines. Nous avons des Chemin Pavéle Champ du Pavé, le Pavé du..., la Paveillais, la commune de Saint-Aubin-du-Pavail, puis des noms comme le Chemin Perréle Pierrayle Pierreuxla PerrièrePerouxPerré, le Peroux, Perray...

     Ce sont aussi des Chemin Ferréle FerréFerrièreFerraieChemin d’Aucfer ou d’Auquefere, Chemin du Quefere. Dans ce cas, le nom fait allusion aux scories de fer souvent employées dans la construction de la voie. D’autres portent des noms dérivés de Calciata, la voie : Chemin Chausséla Chaussée, la Chaussairie ainsi que la commune de la Chapelle-Chaussée.

     Cependant le terme le plus reproduit en toponymie est strata, via strata. C’est la voie pavée ou sablée, mais non dallée. On retrouve ce nom dans les divers Estrée, ainsi que de nombreux dérivés comme EtrellesLa Charrière vient de strata. La RuePierruela PierrePierrelé et Dompierre-du-Chemin, des expressions comme le PasApasMaupasFranpas, ou alors le Ruau (la rue), les Coureaux, la Cour sont autant de formes déviées du mot.

     Attention cependant au mot rue souvent rencontré dans les campagnes d'Ille-et-Vilaine. Cette toponymie gallèse ne signifie pas toujours le chemin mais la cour de la ferme, et par extention la ferme. Il conviendra d'être prudent. L’évocation de bornes milliaires nous donne MillaireMillièreMilhièrela Milleriela Milleraiela PierreBelle Pierrela Pierre Levée, ColonneColombela Bornela Haute BornePierrefite, LafitteFittela Pilela Pilais.

 

   milliaire-mael-carhaix-3.jpg

   exemple de borne milliaire

     Egalement les vieilles croix peuvent servir à nommer les lieux souvenirs de Milliaires. Ces croix ont été dressées le long des vieux chemins. Ainsi, nous avons la Croix aux...la Croix de ...Belle Croix. (et breton Kroas)

cimg8225-2.jpg

 vieille croix - Saint-Pôtan

     
     Les bornes leugaires (indiquant les distances en lieues) donnent Pontlieue, la lieue ou TiercelieueAd Tiercumad quartum lapidem font Tercéle Tiercent, troisième borne de la voie. Quartisla QuinteSixt-sur-Aff qui représente la sixième borne. Il faut cependant se méfier car beaucoup de noms ayant une origine romaine viennent de prénoms latins comme PrimusSecundus, et ne désignent à l’évidence pas une voie.
 
     Les  carrefours et intersections de routes ont laissé des noms souvent très caractéristiques. On y trouve fréquemment les traces de monuments religieux.

 batiments-voie.jpg

 photo aérienne, traces d'un ancien établissement sur le bord de la voie 

      Ces différents croisements sont le Bivium, embranchement d’un chemin secondaire, le Trivium ou bifurcationet le Quadrivium, croisement de deux routes. Ceci nous donnera des noms comme TrèvesTribesles Tribesla Trève. Dans le bas latin, Trivium est remplacé par furca : les Fourgs, FourgFourc, la Fourche, la Fourcherie. Quadrifurcum a donné le mot français carrefour. Nous retrouvons Quadrivium dans le CarroiCarroirCaroCarentoirQueyroixCarrougeCharroux.

     Nous ajouterons les expressions d’origine française comme les Quatre Cheminsles Quatre Routesles Quatre Vents, la Patte d’Oie, et les dérivés de la Croisée : CroisetteCroisadeCrusiéCroixalianla Croixille, ainsi que le mot Croix lui-même (en Breton Croaz hent, la croisée des chemins).

     Les déformations particulières de la route sont autant de repères. Ainsi Angustum est un passage étroit qui est devenu le Pasle Pas de ...Angers.  Les Courbevoiela CourbeTournevoie ont aussi une signification liée à la voie. Flexus est un coude de la route ainsi que le Coudray (coude à droite).                       

     Aux frontières des cités, nous avons le caractéristique ad Fines : Feins, Iffendic, Yffiniac, mais également la Marche. Les noms peuvent être ceux des peuples : Redon – pays des Riedones,  Bazouges – pays des Bazoches,ou Corseul – pays des Coriosolites ou Combourg, la borne.  

           pont-romain-tregrom.jpg

Vieux pont romain

     Beaucoup de ponts anciens ont une origine romaine. Leurs fondations ont été réutilisées comme assise aux piles des ponts du Moyen-Age. De plus, les lieux en ont gardé le souvenir et, dans beaucoup d’expressions contenant le mot pont, nous pouvons voir les traces de la voie. Nous avons le Pont-Péan sur la voie Rennes-Nantes (sur la Seiche), Pont-Réan sur la voie Rennes-Rieux (Vilaine), ou bien Pont-RomainPont-Veix, le Vieux-Pont ou Pontaubault et Pontivy qui vient de pontus vetus (ou vicus). Attention, pont est un mot souvent très déformé. Il importera donc, pour toute étymologie de ce genre, de vérifier si ce lieu se trouve bien sur un passage de rivière, et si possible de retrouver le nom antique de cette rivière (exemple la rivière la SeicheSipia).

     Assez souvent, le pont succède à un gué et nombre de routes romaines ont conservé leur gué en plus du pont. Les dérivés de Vadumle GuéVé, gois, sont d’utiles repères. Nous avons ainsi le Gué-Main, sur le Couësnon (voie Bayeux-Corseul) ou le Gué-Péroux, le Magois. Le nom de la commune de Gaël vient de Wadel (Vadum), gué sur la voie de Rennes à Carhaix. En Breton, nous lirons les mots en red ou roudouz.

     A noter également les composés en Fort. Au latin vadum correspond le gaulois ritosAugustoritum, Banoritum, Camboritum (Chambord), Nevoritum (Niort).

     Très souvent une station porte le nom de la rivière que traverse la route, par exemple Visseiche (Vicus Sipiae) sur la voie Rennes - Angers. Tel lieu, au bord la rivière, en porte le nom et pas un autre, c’est tout simplement parce que c’est cet endroit, près de la voie, qui représentait la rivière pour le voyageur. Souvent, une bourgade s’est créée sur l’une des berges : c’était lié au gué. Par exemple, le gué de Gaël fut un carrefour favorable à la création d’un marché ou d’un pont. Nous aurons aussi des lieux comme le Val-de-l'Isle ou la Rivière. (rechercher dérivés de dour, gouver, en Breton).

     A défaut de ruines ou de vestiges, les noms des stations routières sont conservés dans la toponymie. Les plus importants sont vicus (bourgade, village). Ceci a donné Vic, Vicq, le Vy, Vieu, Vieux, Vuic, ainsi que des composés comme Volvic, Vigneux, Vignoc, Vieux-Vy-sur-Couesnon, la Vieuville, Vieuxviel ou Visseiche.

     Nous avons aussi magus, le marché ou le champ de foire. Omagusdonne souvent ome ou on : ainsi RiomBallonBaulonCharentonCarentonCrantonMauron. Des villes furent à l'époque romaine des lieux de marché, des centres régionaux de commerce. Ainsi Condatomagus (Rennes sous l'empire), Rotomagus (Rouen), Noviomagus (Noyon), Turnomagus (Tournon), Vindomagus (Vendon). Il faut s’intéresser à tous les noms finissant par on ou om, que l’on retrouve dans des formes vulgaires au Moyen-Age.

     Le relais de poste, mutatio, est resté dans le souvenir de quelques noms de lieux : Muizon, Mudaison. Mansio (habitation) a donné notre maison. Les dérivés en sont Mesnil ou Margny, Marigné. L'actuel mot maison est aussi à noter.   

     On ajoutera les Borde, BordeauxBordelLaborde ; à l’origine, c’est une clôture de planches, puis une maison en bois, et de là une baraque, une métairie. Les bordes longeaient souvent les routes.

     Les CastresChastresChâteletChâtillonle Châtelier, kastell, désignent un Castrum, un Castellum, et sont très nombreux le long des voies. Ils jalonnent les routes, et leur emplacement est souvent celui d’une ruine romaine ou d’un château du Moyen-Age

              motte-feodale.jpg

Ancienne motte féodale, vestige d'un castrum

     Beaucoup de noms sont dérivés de mots latins désignant deshabitations, des stations ou des maisons longeant la route. Canaba (la cabane) devient en langage populaire le cabaret. Ainsi nous avons ChenevièreCanebièreCapaneChabaneChavanneChavagneChevaigné ou Chauvigné. La maison, casa, est un nom trop commun pour entrer en ligne de compte. Elle n’indique pas toujours la voie : CaseChaseChèzela Chaise, mais par contre des ruines antiques.

     Les tabernae sont des tavernes. Elles deviennent Savernes, Savenay, Taverne, Tavers, Tavernières, Taverny. Attention car taverne est un mot français, et beaucoup de ces lieux peuvent ne remonter qu'au moyen Âge. Il faut déjà connaître le tracé de la voie avant d'y associer ces noms.

     La Bouëxière est un petit bois de buis. Les Romains plantaient beaucoup de buis autour de leur demeures. Ces buis, abandonnés lors des invasions barbares, devinrent des bois appelés buxeria, et plus tard boués, en patois gallo, du latin buxus, le buis. (associations buzit, vezit, en Breton)

     Les ruines ou maceriae  ont donné naissance à de nombreux noms de lieux : la Mézière ou Mézières-sur-Couesnon, Maizièrele MezerayMaizeretMazeret. (breton magoar). Le plus souvent, ces noms viennent de localités du Moyen Age, bâties sur des ruines. C’est un indice assez significatif de la présence de la voie.

     Il en est de même pour les Murla Salleles SallesPerrailleParailleles Pierres , mots issus du latin petra, et qui nous font penser à des maçonneries.

     Les établissements industriels ne sont pas des indices sûrs (ils sont implantés selon les besoins ou la matière première, pas forcément à côté de la voie). On trouve des ChâteletChâtellier, restes de forges. Il y a aussi FerrièreFerrèrele Ferré, qui paraissent liés aux gisements (voir aussi Argentières, Argentré-du-Plessis et Laurières).

     FabrèguesFaverge viennent de fabrica, la fabrique, l’usine.

     Figliane a donné des noms comme FélinesFliniesFleinsFilaineFilain.

     Olla, le pot, a formé Ollaria (fabrique de poteries), ce qui nous donnel’OulerieLoulièreles Houliers. Beaucoup de noms français rappellent aussi ces lieux : la Tuileriela Poteriela Poteraie. Mais l’âge de ces établissements d’industrie reste toujours à vérifier, et, une fois prouvé, n’est pas forcément une situation de proximité de la voie.

     Les Maisons Rouges, du latin rubia, sont un des indices les plus significatifs du passage d’une voie. Maison-Rouge, Croix-RougeCarrouge, Ville-Rouge, Rougé, Rougeul, tous les noms en rouge et quelquefois en blanc indiquent la voie. L’explication de ces noms demeure incertaine. Le nom de  Maison-Rouge s’applique soit à des localités, soit à des bâtiments (auberges, hôtelleries) d’origine romaine. Pour maison, on pourrait voir un rapprochement avec mansio (auberge). Quant au mot rouge, les maisons antiques étaient badigeonnées de rouge, ou tout simplement construites de briques non enduites. Cette couleur vive les a fait distinguer aux voyageurs, leur offrant un repère visuel. Maison-Rouge est une preuve presque incontestable du passage d'une voie. (voyons ty ruz : maison rouge, kroaz ruz : la croix rouge, en Breton)

     Depuis les Tumuli et cairns préhistoriques jusqu’aux cimetières mérovingiens, les monuments funéraires ont été souvent disposés le long de la route. Nous trouvons en bordure de voie des lieux-dits Champ des Tombesla Tomboisla rue des Tombeaux.

     Le cimetière, atres, peut désigner un cimetière d’église ou de monastère. Comme ces derniers ont occupé la place de tombes plus anciennes, les mots dérivés d’Atres sont à prendre en considération. Nous avons ainsi Lastre, l’AstreAstrée, l’Atre, l’AtteLatte, le Hêtre, les Hêtres. Nous avons également MartresMartrois qui sont souvent des buttes représentant des cimetières romains ou mérovingiens.

     A rapprocher le MartrayMartereyMartoisMartelMercéMartigny, Martigné-Ferchaud. Ces noms dérivés de martyretum se trouvent en général hors des villes, le long des axes qui en sortent.

 sarcophages-gallo-romains.jpg

 sarcophage gallo-romains en calcaire coquillier

      Les dérivés du mot pierre nous donnent PirelonguePeyrelonguePeyreladePeyrade. (breton maen). LestelleL'Estelet viennent de la stèle. On trouve également des ToursTourette, les Toureilles, Toury, qui évoquent le souvenir des monuments qui balisaient les bords de la voie.

    Les Montjoie désignent toute colline artificielle, hauteur, butte ou simple tas de pierre, servant de repère aux voyageurs, et du haut desquels ils pouvaient apercevoir la direction de la route et le pays environnant. Ce nom, en joie, pourrait être à rapprocher du dieu Jupiter (Jovis).

     Les sanctuaires des dieux romains se trouvaient souvent le long des routes et certains lieux ont gardé le nom du dieu. Dans certains cas, les temples étaient sur une hauteur d’où ils dominaient les passages. Ainsi, nous trouvons des dérivés de Fanumfa, fanfain. Corseul s’appelait Fanum Martis (le temple de Mars). Nous avons d’autres exemples tels Fanum MinervaeFanum Jovis.

     Le dieu Mars a souvent été associé à Saint-Martin, évêque de Tours, par christianisation du mot : le Gué-Martin, la Martinière,MartignySaint-Mars.

    Jupiter a laissé des souvenirs le long des voies dans Montjoue, Mont Jouvet, Montgien, Juvigné, Juvigny, Saint-Juvat, Jouvence, Jouvente.

    Les composés du mot temple, templum, deviennent Talmars, Templeux, Templemars, Temploux. Attention, certains noms en Temple viennent des chevaliers du Temple, les Templiers. Ce sont souvent des noms en le Temple sur…, il ne faudra pas les confondre.

    Les dérivés de lucus, le bois sacré, sont très nombreux : Luc, Lux, Luquet, Luzat, Luard, Lecot, Luette, Luez, Grand Lup, Grolu, OrleucLeuchesLécuLécousse. Lucus peut avoir un autre sens, il est synonyme de silva, la forêt. C’est par l’archéologie que l’on pourra distinguer le lucus qui correspond à un bois sacré.

     Le dieu Mercure nous donne MercoeurMercueilMerqueuxMercoretMarcouleMercurey, Mercy. Ce dieu a une origine gauloise ainsi que Belenus  (Blain), GranusTravos ou Artos.

     Les grandes invasions des Vème et VIème siècles puis les pillards Vikings feront fuir les populations loin des routes, trop faciles d’accès. On reconstruit le village, caché dans la forêt, protégé sur une hauteur, et le vieux bourg est abandonné. Tous les noms en Vieux-BourgVieuville, Vieux ou la Ville Vieille, sont à repérer comme ayant une origine ancienne.

     En conclusion, avant d’aborder les tracés des voies, n’oublions pas que, dans tous les cas, c’est d'abord l’étude du sol qui aide à fixer l’origine des lieux, et non pas l’inverse. La toponymie ne doit pas être étudiée seule, mais toujours dans le contexte de l'archéologie.

 

.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×