la Hutte à l'Anguille

 

 3-N

LES CHEMINS MORTS

Carrefour de la HUTTE A L'ANGUILLE

     C'est sous cette appellation de "chemins morts" que Marcel Gautier (1) signalait les anciennes voies dont il ne reste plus qu'un tronçon et dont on ne connaît pas la destination finale. C'est le cas du carrefour de la Hutte à l'Anguille sur la commune de Laurenan.

     Situé au carrefour de voies antiques, le village de la Hutte à l'Anguille se trouve à la jonction de quatre paroisses, Saint-Gilles-du-Mené, Laurenan, Saint-Vran et Saint-Jacut-du-Mené. Dans chacune des quatre directions, des monuments mégalithiques dont beaucoup ont disparu aujourd'hui, jalonnaient encore au XIXème siècle le chemin.

     Si nous continuons dans chacune des directions, les voies s'arrêtent brusquement au bout de quelques kilomètres. S'agit-il de chemins morts ou bien de dessertes d'anciens domaines agricoles ?

     Le pèlerinage du Tro Breiz réutilise une partie de leur parcours.

     Le premier de ces chemins mène vers le Nord-Nord-Ouest, empruntant pendant 500 m la D23, avant de la quitter par la droite sous la forme d'un chemin rural long de six kilomètres, qui aboutit à la D14. Tout le long de son parcours, très rectiligne, ce chemin marque la limite des communes de Saint-Gouéno et de Saint-Jacut-du-Mené. Il passe par la Tournée, la Hautaye (où il coupe la D792), le Placis Vert et les Quatre Chemins. Il suit continuellement la ligne de crêtes. Ensuite, sa direction semble indiquer Lamballe par la D46 qui présente de longs tronçons rectilignes. Voici son parcours possible : les Trois Croix, le Bois Chef d'Âne, la Ville Doualan, la Touche ès Pritiaux, Saint-Glen, le Gué Coq, la Croix Verte, Landéhen, Maroué, la Salle, puis la D28 et Lamballe par le Point du Jour. Plusieurs fois encore, le chemin est limite de communes.

     Le deuxième, également limite de communes part en direction de l'Est, trois kilomètres jusqu'aux Barres où il coupe la D6, puis il remonte légèrement vers le Nord-Ouest, direction le Gué Haria, Bransac et le Moulin du Parc. Ensuite sur trois kilomètres parfaitement rectilignes, en limite des communes de Saint-Jacut-du-Mené et de Langourla, il passe à la Haie, la Barre et la Croix Saint Gilles. Il vient butter sur la D46 , près du Gué Georges, à l'orée sud de la forêt de Boquen.

     Un troisième chemin part en direction du sud, par le Barillet. Limite des communes de Saint-Vran et Laurenan pendant quatre kilomètres, jusqu'aux Petits Champs, il se continue trois kilomètres encore par la Folie d'en Haut. Il s'arrête sur la Lande Camoisan. Peut-être le retrouve-t-on plus au sud du côté de la Croix du Taloir et de Saint Guénaël.

     Enfin, Sud-Ouest, c'est pendant quatre kilomètres qu'un dernier chemin assure la limite des communes de Saint-Gilles-du-Mené et de Laurenan. Le chemin s'arrête ensuite mais on peut suivre aisément son tracé sur les cartes, trois kilomètres encore, sur les Landes du Mené, jusqu'à sa rencontre de la D792. Ensuite, on n'en a plus aucune trace. Si on suit sa direction en droite ligne, il pourrait rejoindre Saint Lubin et le Pont Querra, traversée du Lié, où il fusionnerait avec la voie romaine de Rennes à Carhaix

 

 

(1) Les chemins morts de la France de l'Ouest - Marcel Gautier - Annales de Bretagne n° 57 - 1950

(2) continuation possible Corseul Vannes  (voir proposition Langouët)

 

 

     

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site